Montréal : (514) 351-8989

Le réveil des fourmis charpentières au printemps

Les fourmis charpentières sont des insectes hyménoptères, généralement noirs ou rouges selon les espèces, parfois teintés de brun, dont la taille varie de 6 à 12 mm. Elles vivent essentiellement dans les troncs d’arbres morts mais il n’est pas rare d’en découvrir à l’intérieur des habitations. Leur présence n’est pas sans risque car elles peuvent fragiliser les structures en bois de la maison telle que la charpente.

Au printemps, c’est la période de l’accouplement.

Celui-ci se passe en plein vol, voilà pourquoi, dès le mois de mai, on peut voir des nuées de fourmis volantes qui se déplacent dans le ciel. Essayons d’en savoir un peu plus sur la vie de ces insectes

Reine fourmis charpentières

Crédit photo : Shutterstock

Quel est leur mode de vie ?

Leurs habitudes

Ce sont des insectes qui vivent en société hiérarchisée. Chaque colonie comprend des mâles, des ouvrières stériles et de futures reines, chacun ayant un rôle bien défini. Dans le milieu naturel, leur habitat privilégié est le bois humide en décomposition dans lequel elles creusent des galeries. Dès lors qu’elles trouvent des conditions idéales à l’intérieur des maisons (humidité, pourrissement du bois), elles s’y installent et causent des dégâts irréversibles. En effet, elles affaiblissent les structures en bois qu’elles creusent. C’est pourquoi il est indispensable de procéder à l’extermination des fourmis charpentières

La reproduction

Avec l’arrivée du printemps, les reines fourmis charpentières se réveillent et s’aventurent à l’extérieur de leur nid pour s’accoupler. Ces fourmis volantes, appelées aussi reines ailées, sont fécondées par les mâles en plein vol. C’est ce que l’on appelle “le vol nuptial”. Seules les femelles survivent à cet accouplement. Après s’être débarrassées de leurs ailes, elles cherchent un emplacement pour pondre leurs œufs et y établir leur nouvelle colonie. Dix jours plus tard, des larves éclosent, puis se transforment en nymphes à l’intérieur de leur cocon. Plus tard, des colonies satellites sont creusées par les ouvrières pour étendre le territoire de la reine des fourmis charpentières.

Leur alimentation

Ces insectes sont omnivores. Ils se nourrissent, non pas de bois comme on pourrait le penser, mais de miellat, produit par les pucerons, de petits insectes et de fruits. À l’intérieur des maisons, elles raffolent des produits sucrés et des aliments contenant des protéines (végétales et animales). C’est pourquoi il est important de ne pas laisser de restes de nourriture à leur portée.

Où peut-on les trouver ?

Les endroits fréquemment investis par les fourmis sont :

  • autour des fenêtres et des portes si l’étanchéité est défaillante.
  • dans les pièces humides (cuisine et salle de bains).
  • dans les parquets et au niveau des plinthes.
  • dans le grenier, au niveau de la charpente.
  • dans les tas de bois situés près des maisons.
Fourmis charpentières

Crédit photo : Espace pour la vie

D’une manière générale, ces insectes recherchent toute trace d’humidité où qu’elle soit. Attention, leur présence peut révéler un dégât d’eau !
Mais comment arrivent-elles à l’intérieur des habitations ? Il y a plusieurs causes à cela.

  • Soit une reine fécondée a pénétré dans la maison pour pondre ses oeufs et y a créé une nouvelle colonie.
  • Soit un nid satellite a été créé à l’intérieur par les ouvrières, le nid principal étant à l’extérieur (c’est la cause la plus courante).
  • Soit les habitants de la maison les ont introduites malencontreusement avec le bois de chauffage par exemple.

 

Quelques idées reçues

Contrairement aux termites, les fourmis charpentières ne sont pas xylophages. Elles ne digèrent pas la cellulose du bois. Si elles creusent les poutres, c’est seulement pour y trouver refuge. On peut constater la présence de petits tas de sciure près des fourmilières.

Elles peuvent être utiles et jouer un rôle écologique. Elles sont un maillon de la chaîne alimentaire car elles mangent des petits insectes nuisibles. En revanche, elles sont la proie de nombreux oiseaux insectivores. Elles assurent la décomposition des bois morts et des souches.

Les petites boules blanches qu’elles déplacent ne sont pas les œufs de fourmis charpentières, comme il l’est souvent dit. Ce sont, en fait, les cocons des nymphesLes œufs de fourmis charpentières sont beaucoup plus petits et difficiles à observer à l’œil nu.

Si vous pensez être infesté de fourmis charpentières, faites appel à une équipe d’experts en extermination de fourmis charpentières. Ils mettront à votre disposition leurs compétences et leur expérience pour vous débarrasser de ces insectes gênants.

Article connexe : Comment survivre à une invasion de fourmis

Sources :  Espace pour la vie Centre antiparasitaire du Québec La Presse

Par |2019-05-16T14:10:45-04:0016 mai, 2019|Fourmis, Gestion parasitaire|0 commentaires

Laissez un commentaire